Uncategorized

#16 l Ghada Hatem (la Maison des femmes) : gynéco et ange gardien

#16 l Ghada Hatem (la Maison des femmes) : gynéco et ange gardien

Ghada (prononcer « Rada ») est la mère de la Maison des femmes à Saint-Denis. Un lieu complètement singulier qui accueille des femmes vulnérables ou victimes de violence. Un lieu où l’on peut consulter, participer à des ateliers artistiques et même porter plainte. Une maison colorée, pleine de vie, où l’on se fait la promesse d’humaniser les soins. Ghada est gynécologue. Elle a ouvert la Maison des femmes en 2016 après avoir remué ciel et terre pour lever des fonds. Aujourd’hui, la Maison accueille 50 à 70 femmes par jours et donne 11000 consultations par an. Le projet fait des émules en France (Bordeaux, Paris) et à l’étranger (Belgique, Mexique, Jordanie). De nombreuses artistes, créatrices, entrepreneures apportent leur soutien comme Inna Modja, Imany ou Jeanne Damas. Marie s’y est rendue un samedi après-midi d’été pour la rencontrer. Lorsqu’elle arrive, c’est jour de permanence juridique. Des bénévoles assistent des femmes victimes de violences dans leur démarches juridiques pour les aider à faire valoir leurs droits.

Ghada a une énergie solaire. Elle a grandi au Liban entourée d’une fratrie de trois frères. Lorsque la guerre civile éclate, elle a 15 ans. Elle prend conscience de l’absolue nécessité des métiers du soin et se fait très vite la promesse d’y consacrer sa vie. Elle arrive en France en 1977 et débute des études de médecine. Elle se spécialise dans la gynécologie obstétrique, passionnée par la naissance… et les femmes.

On aborde avec elle ses premiers pas dans le monde médical, de son passage à la maternité des Bluets, à Paris, connue pour son approche militante, à celui dans le monde militaire en tant que gynécologue.

Et puis, un médecin sur le départ lui donne les clés de la maternité de Saint Denis. Très vite, elle ressent le besoin de construire quelque chose de différent, d’inventer une nouvelle manière d’humaniser les soins avec un parcours atypique et des disciplines connexes. Mais pour donne vie à son rêve, les fonds publics ne suivront pas. Ghada se met alors en tête de lever des fonds telle une entrepreneure. Elle fait sienne l’adage qu’elle a souvent entendu au Liban : « aide-toi, le ciel t’aidera. »

Elle organise la Maison des femmes en trois unités : une unité de prise en charge des mutilations sexuelles (excision), une unité de prise en charge des violences conjugales, intrafamiliales et sexuelles et un centre de planification familiale.

Avec Ghada, on essaye de comprendre pourquoi 120 000 femmes sont encore excisées en France aujourd’hui et comment la Maison des femmes accompagne leur reconstruction, chirurgicalement et psychologiquement. On parle également de la spirale infernale des violences faites aux femmes et de sa méthode pour leur venir en aide.

Ghada a construit quelque chose de nouveau. Sous ses toits colorés s’affairent des médecins, des psychologues, mais aussi des professeurs de karaté, de danse ou de jardinage et même des policiers qui se déplacent jusqu’à elle pour recueillir les plaintes, c’est inédit.

Un projet hors norme qui a fait des émules : des maisons similaires ont depuis ouvert leurs portes à Bruxelles, Bordeaux, Tournus et bientôt La Pitié Salpêtrière, Plaisir et Brive-La-Gaillarde, ou encore Tahiti et Mexico !

Les personne qui l’inspirent ?

– Katy Bontinck, première adjointe de la mairie de Saint-Denis ;

– Mathilde Delespine, sage-femme coordinatrice de la Maison des femmes.

Comment contacter et soutenir Ghada ? Vous pouvez la contacter par email sur contact@lamaisondesfemmes.fr et faire un don sur Helloasso ici.

Pour nous soutenir ? Si vous aimez ce podcast, vous pouvez…

– vous abonner à notre chaîne sur la plateforme que vous préférez (Apple Podcasts, Spotify, Deezer, Podcast Addict, Castbox, Google Podcasts), et la partager en cliquant sur les 3 points ;

– nous mettre 5 étoiles et un commentaire sur l’application Podcasts d’Apple ;

– en parler autour de vous ! (vive le bouche-à-oreille).

Et si vous avez en tête des personnalités qui s’engagent pour transformer positivement les choses, écrivez-nous et parlons-en ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *