Uncategorized

#07 l Laëtitia Van de Walle (Lamazuna) : l’entrepreneuse zéro déchet à succès qui invente l’entreprise idéale

#07 l Laëtitia Van de Walle (Lamazuna) : l’entrepreneuse zéro déchet à succès qui invente l’entreprise idéale

Cette semaine, on part rencontrer Laëtitia Van de Walle, fondatrice de Lamazuna. Lamazuna, c’est une marque de cosmétiques zéro déchet, bio, made in France et vegan qui connaît un succès fulgurant, affiche plus de 10 millions € de chiffre d’affaires et compte 60 collaborateurs. Au-delà de la discussion sur le zéro déchet, vous allez voir que Laëtitia porte un projet d’entreprise vraiment novateur pour ses salariés. Elle nous montre qu’on peut pousser le curseur très loin sur le zéro déchet, tout en restant désirable. Que l’on peut être précurseur en inventant son propre modèle d’entreprise, tout en se développant vite et fort. 

De quoi ça parle ?

On parle d’abord zéro déchet… incontournable quand on reçoit la fondatrice de Lamazuna. Allez jeter un œil sur leur site ! Si vous ne connaissez pas, vous serez surpris par les produits : des dentifrices en forme de glaces, des shampoings solides ou des déodorants qui ressemblent à des galets. En fait, chez Lamazuna, le curseur du zéro déchet est vraiment poussé très loin. L’objectif est clair : éliminer les déchets qui s’accumulent dans nos salles de bains.

Ce qui nous intéresse aussi, c’est la réflexion sur le bilan carbone. Laëtitia a décidé de recentrer sa distribution vers l’Europe, malgré les réseaux de distribution qui lui tendent les bras en Asie, en Australie… Elle ne conçoit pas que des produits fabriqués en France fassent autant de chemin pour rejoindre des salles de bains à l’autre bout du monde.

Ensuite, et c’est ce qui est complètement unique avec Laëtitia, on parle d’un nouveau modèle d’entreprise où le bien-être des salariés, la reconnexion à un mode de vie plus sain et l’harmonie avec la nature sont au cœur de tout. Tout part d’une réflexion de Laëtitia : elle en avait marre de financer des tickets restaurants qui ne permettaient pas à ses salariés de se nourrir de manière équilibrée et responsable. Quelques mois plus tard, elle décide de déménager le siège de Lamazuna dans un village de 800 personnes dans la Drôme, un des départements français les plus en pointe sur le bio. C’est le début de son nouveau projet d’entreprise : un écolieu va naître où les salariés pourront déposer leurs enfants dans la microcrèche le matin et récolter le soir leurs légumes cultivés en permaculture… tout en vivant près de la nature. 

… Et tous ces engagements sont pris sur fond d’hyper-croissance puisque l’entreprise compte déjà une soixantaine de salariés et affiche un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros. Pourtant, Laëtitia promet qu’elle ne dépassera jamais les 150 collaborateurs, la limite selon elle pour tisser des liens et travailler de manière agile. Impressionnant également de voir qu’une telle réussite s’est construite de manière autonome et prudente. Laëtitia est toujours aujourd’hui la seule au capital. Elle avait démarré avec 2500€ en poche il y a 10 ans (500€ de ses économies et 2000€ de sa mère).

La personne qui l’inspire ?

– Yvon Chouinard, le fondateur de Patagonia et auteur du cultissime Let my people go surfing.

– Anne-Marie Gabelica, fondatrice de oOlution, marque de cosmétiques engagée contre l’utilisation d’huile de palme.

Comment contacter Laëtitia ? sur l’Instagram de Lamazuna ici.

Pour nous soutenir ?

Si vous aimez ce podcast, parlez-en autour de vous. Ce qui nous aide énormément, c’est aussi que vous nous mettiez 5 étoiles et un commentaire sur l’application podcast d’Apple ou que vous vous abonniez à nos chaînes sur Apple Podcast, Deezer, Spotify… selon ce que vous utilisez ! Si vous avez en tête des personnalités qui s’engagent pour transformer positivement les choses, parlons-en ! 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *